Petit précis de gestion des images dans un document

Voici un document que j’ai rédigé à l’origine dans un contexte universitaire pour donner quelques notions sur les images et leur bonne insertion dans des documents. Je l’ai légèrement adapté pour la diffusion web.

De manière générale, ce document s’adresse donc :

  • à ceux qui se sont retrouvés surpris en constatant que leur belle photo, qui semblait splendide sur leur écran, se retrouve tout en escalier une fois imprimée sur leur poster ;
  • à ceux dont le beau schéma dessiné méticuleusement avec le logiciel dernier cri apparaît tout moche dans leur rapport ;
  • à ceux qui se demandent comment faire pour réduire le poids de leur document, qui ne contient que 2 images, mais qui fait déjà plus de 10 Mo, même en PDF, et qu’on ne peut plus envoyer par mail ;
  • voire modestement à ceux qui ne comprennent pas grand’ chose aux images numériques, et à leur utilisation dans la rédaction d’un document…

Lire la suite

Share

Scanner les Kodachromes

Continuons sur l’archivage numérique des diapos, et plus particulièrement des Kodachromes, avec le scanner Reflecta DigitDia 5000.

Dans les archives photographiques familiales se trouvent beaucoup de diapositives Kodachrome. Ce type de diapo est particulier : contrairement aux films positifs classiques, la structure d’une Kodachrome la rapproche d’un film argentique noir et blanc. Cela peut poser des problèmes de fidélité des couleurs lors du scan, ainsi qu’une incompatibilité avec certaines fonctions de dépoussiérage automatique.

Lire la suite

Share

Scanner et archiver des diapos avec le reflecta DigitDia 5000

Un ami (précieux !) m’a récemment prêté un scanner de diapo reflecta DigitDia 5000. Il présente l’énorme avantage de pouvoir travailler avec des paniers de diapos, et donc de pouvoir numériser à la chaîne une collection importante, dans un but d’archivage. C’est donc l’occasion ici de livrer quelques commentaires sur ce scanner et les résultats qu’il donne.

Disposition générales

L’appareil se présente comme un projecteur de diapo, avec son bras, sa glissière à panier, mais sans objectif en sortie bien sûr. Attention à la prise des diapos : le déplacement par à-coup du panier fait osciller les diapos, et une fois sur deux le bras passe-diapo rate le coche. J’ai trouvé comme solution d’incliner globalement tout le projecteur, pour que les diapos penchent toutes dans le même sens. Le bras n’hésite alors plus sur la diapo à prendre (pour info : surélever la partie amont du panier du projecteur de 3 cm environ.)

scanner reflecta DigitDia 5000. Il est ici surélevé sur la gauche pour faciliter la prise des diapos.

Appareil ouvert, voici à quoi ressemble le pre-scan d’une diapo, pour l’analyse de l’exposition automatique. Le vrai scan est plus lent (2 min) et fait plus de bruit.

Lire la suite

Share

Glasgow 1920

Faire du neuf avec du vieux — ou l’inverse. Seul un œil exercé pourra retrouver sur la photo suivante un élément anachronique !?
Glasgow 1920
Et la photo originale :
Glasgow
Bien sûr, veiller à ne pas se laisser abuser par la magie des traitements tout prêt, au rendu alléchant, mais rapidement vain, déjà vu, et hors propos ? Dont acte ! Mais l’architecture de cette ville s’y prête plutôt bien je trouve.

Signalons donc au passage que la collection complète des logiciels de retouche et d’atmosphère de Nik Software, racheté il y a quelques années par Google, est désormais disponible gratuitement au téléchargement. Ici un exemple d’application de Analog Efex Pro.

Share

Photographier des diapos

Aujourd’hui la très bonne tenue des appareils numériques permet d’envisager d’utiliser un reflex pour numériser des diapos et des négatifs, par prise de vue directe. Une fois l’appareil et un objectif macro en possession, il ne manque plus qu’un système permettant de disposer correctement la diapo. Il est effectivement assez difficile de s’assurer du placement de la diapo dans un plan parfaitement parallèle à celui du capteur, à moins de disposer d’un banc de reproduction dédié, genre statif, ou d’un pied photo suffisamment modulable. Dans le cas contraire on peut obtenir des effets de bascule assez artistiques (?!) mais peu souhaitables dans une optique de numérisation pour archivage.

Voici donc quelques comparaisons entre ce que peut donner un scanner diapo de bon aloi (Nikon Coolscan IV), et la combinaison d’un objectif macro et d’une bague « reprodia » (AF Micro Nikkor 60 mm f/2.8 + Nikon ES1).

140315_DSF7527 Lire la suite

Share